Les Eudistes
  en France

Ensemble
pour la Mission 
  
 
    Rechercher sur le site :
 
  Prier avec Jean Eudes  Prières d'après Jean Eudes  Prières du 19  Icône de Jean Eudes  Les fêtes eudistes 




Lecture de l’icône de Saint Jean Eudes


icône de St Jean Eudes
Avant de nous approcher de l’icône de Saint Jean Eudes pour y lire ce que les lignes peuvent manifester du Mystère, recueillons-nous un instant devant Celui qui est l’Amour Incarné et qui nous a aimé jusqu’au bout. Lui l’icône vivante du Père, à l’image de qui nous avons été façonnés.
Cette icône peut être divisée en trois volets. Le Saint occupe la bande centrale. Sur le volet de droite, derrière le saint autel recouvert d’un baldaquin, nous voyons Notre Seigneur Jésus Christ, à côté de qui se trouve Saint Jean Eudes penché sur sa poitrine, tenant la place de Saint Jean le bien aimé dans l’icône de la Cène mystique. A partir de la grotte une source se transformant en fleuve traverse la montagne.
Le volet de gauche contient une église sur laquelle sont adossés plusieurs bâtiments symbolisant les séminaires et les deux Congrégations que le Saint a fondés. Le groupe se trouvant à l’avant représente la multitude qui a bénéficié des missions et de la charité du Saint.
La Platitera occupe la partie supérieure de l’icône. Jean Eudes chante le Mystère de l’Incarnation uni à ses Acteurs par des liens indissolubles. Jésus dans le Cœur de Marie est la Source, le Modèle et le Terme de la vie de notre Saint.
Saint Jean Eudes, « l’Auteur, l’Apôtre et le Docteur du culte des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie », se tient debout, élancé en un mouvement anagogique, lui-même attiré et attirant à son tour vers les cimes de l’amour divin tous ceux qui l’approchent. Un simple graphisme sous-tend la composition et suggère ce mouvement ascensionnel à travers une structure en pointe de flèche : deux triangles ayant pour sommet la tête de l’enfant Jésus dans la Platitera. La base du premier triangle traverse la main bénissante de Notre Seigneur et la croix se trouvant sur la coupole de l’église. La base du second triangle lie le fleuve au groupe des nécessiteux. Notre Saint lève la main gauche en signe d’adoration et d’offrande reflétant l’attitude de la main de la Platitera. A l’exemple de Marie : « il nous fait regarder et adorer son Fils en Elle et n’y regarder et adorer que Lui ». La Mère de Dieu a soutenu le bras du Saint et a béni toutes ses entreprises. Comme le disciple bien aimé, Jean Eudes a pris Marie chez lui, bénéficiant de tous ses bienfaits au cours de sa vie dès sa conception jusqu’à sa mort.
En levant la main, dans un geste spontané, le Saint dévoile son cœur ardent où nous pouvons apercevoir les flammes qu’il lance. Il offre à Dieu le Père, l’Amour de son Fils Bien-Aimé. C’est la prière qui perce le ciel et qui est des plus fructueuses. Cela ne nous étonne point puisque Saint Jean Eudes a reçu « de Jésus et de sa très bonne Mère leur très aimable Cœur, d’une manière spéciale » qu’il lègue dans un testament à sa famille spirituelle. Nous pouvons affirmer que le Seigneur s’est servi de Saint Jean Eudes comme le Prophète, par excellence, des Saints Cœurs.
Le Saint se penche vers l’Eglise des pauvres parce que le Cœur de Jésus bat à la place du sien, et parce qu’il voit « le Christ qui se cache en eux à peu près comme sous les espèces de l’Eucharistie » (Saint Jean Chrysostome). Le zèle pour le salut des âmes le brûle, il s’épuise lors des missions afin de faire connaître aux chrétiens leur dignité de baptisé.
Dans la miniature représentant la Cène, Saint Jean Eudes se penche sur la poitrine du Sauveur pour s’abreuver à la source de son Cœur divin et pour laisser Jésus se former en lui. Ici, le Saint représente les prêtres dans leurs fonctions ministérielles. Il leur montre la grandeur de leur vocation et où ils peuvent puiser la sainteté et la force. Grâce à « l’Agneau immolé dès la fondation du monde » (Apocalypse 13, 8) ressuscité et se donnant en nourriture à ses fidèles, le prêtre peut changer le cours de l’histoire en ramenant à Dieu ses enfants égarés et dispersés. A l’image du Grand Prêtre ils peuvent, en union à ses souffrances, racheter les âmes. C’est pourquoi la main bénissante de Jésus se trouve au même niveau que la Croix de la coupole de l’église. Ainsi la bénédiction de Jésus qui atteint son point culminant au moment de l’Ascension fait irruption dans le monde en purifiant le temps et l’espace profané. Cette bénédiction est aussi « bénéfaction » (mot de Paul Evdokirnov) car elle arrose, comme un fleuve, les âmes assoiffées par le moyen des sacrements que les prêtres administrent. Pour signifier ceci nous voyons le fleuve au niveau de la multitude qui bénéficie de toutes ces grâces. Saint Jean Eudes écrit : « Jésus aime l’Eglise dont les sacrements spécialement l’Eucharistie, abrégés de toutes les merveilles de Dieu, sont autant de fontaines inépuisables de grâces et de sainteté qui ont leur source dans l’océan immense du Sacré Cœur de notre Sauveur ».
Saint Jean Eudes porte dans sa main droite un parchemin sur lequel nous lisons sa devise : « Vive Jésus et Marie ». Le meilleur commentaire que l’on puisse en faire ce sont ces paroles qui débordent du cœur du Saint : « qui me donnera que tous les Cœurs et toutes les langues crient avec moi : Vive Jésus et Marie ! Vive le très aimable Cœur de Jésus et Marie ! Vivent tous les cœurs qui aiment et honorent ce Cœur admirable ! Ô rêve de ma vie, que mon cœur meurt à toute autre vie et qu’il vive de votre vie, qu’il soit animé de votre Esprit, qu’il soit embrasé de votre amour, afin que les désirs de mon Sauveur s’accomplissent : « Je suis venu apporter le feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il brûle ».
Pour terminer cette lecture de l’icône nous empruntons les paroles de Saint Macaire qui font écho aux désirs de Saint Jean Eudes : « Agissez comme des enfants de lumière et comme les rayons de l’unique soleil de vérité, le Christ, que votre foi commune ait son centre dans son Cœur. Unis entre vous par la Sainte Charité, constituez une seule lumière ».

Que le Règne de Jésus vienne, que le Cœur Immaculé de Marie triomphe ! Amen.

22 juin 2001, Fête du Sacré Cœur de Jésus
Carmel de la Théotokos et de l’Unité
Rue Saint Joseph
Harissa - Liban







Créer un site
Créer un site